AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'Âpre Après Midi ( Suite ).

Aller en bas 
AuteurMessage
Maitre du Jeu
{ Fondateur } MJ & PNJ.
avatar

Nombre de messages : 323
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: L'Âpre Après Midi ( Suite ).   Ven 31 Oct - 13:02

Chacun était différent. Chika était de loin la personne la plus tolérante que l'on puisse connaître. Mais il y avait des limites. Aux personnes superficielles qui ne méritaient pas sa place sur cette terre. Oui, encore une idée très restreinte dans sa tête. De toute façon, Sean était loin d'être comme ça... Puis, rien que cette nationalité, cette différence aux yeux de ce pays, le rendait très intéressant. Pour elle. Ce prénom encore jamais entendu jusqu'à sa rencontre.

La nippone avait toujours ce petit air de protectrice. Elle tenait beaucoup aux personnes qu'elle tolérait. D'autant plus Sean. Elle lui tendait une main. Une aide qu'il pouvait saisir, comme rejeter. Aucune raison d'abandonner, juste de l'aider. Une sœur ? Peut-être, peut-être pas.

Finalement, elle lui proposa d'aller chez elle. Il était d'accord, mais toujours sous cet air de politesse, ne voulant pas gêner. Chika se contenta de sourire, et de hocher la tête, signe de négation. Évidemment que cela ne l'a dérangeait pas. Et puis, son appartement lui paraitrait sûrement moins vide. Déjà que les meubles n'étaient pas très présent, alors Sean ne pouvait que rajouter sa présence. Rien de plus plaisant.

Aussi, il prit un court instant pour pénétrer dans le bureau du gardien afin d'y récupérer sa basse. Ils en avaient déjà parler. Alors qu'elle pratiquait la guitare, lui, c'était la basse. Ils se complétaient. Photographie, musique. Tous deux savaient à quel point ces loisirs leurs étaient respectifs. C'était sûrement grâce à cela qu'ils s'entendaient. Mais pour aussi cette relation d'aide ?

« On peut y aller, je pense. » fut le signe du départ. La nippone récupéra le sac que tenait Sean afin de le débarrasser. Ils franchirent le pas de la porte puis sortirent dehors. La pluie s'était un peu calmé, mais cela ne voulait pas dire pour autant qu'ils n'allaient pas prendre la sauce. « Ce n'est pas loin » dit-elle avant de partir en direction de son « chez-elle ». Il l'a suivait derrière. Échange des rôles.

Quelques minutes plus tard, ils se trouvaient devant son bâtiment. En effet, il n'était qu'à quelques pattés de maison de chez Sean. Chika franchi le seuil de la porte d'entrée, puis monta le premier étage. Appartement 016. Un long couloir les attendaient avant d'entrée dans sa demeure. La jeune fille s'arrêta devant son numéro, puis posa ses sacs au sol. Elle sortit de sa poche une clef. Un tour, puis un deuxième. La porte s'ouvrit. La nippone récupéra ses sacs et tint la porte pour son ami.

« Fait comme chez moi ! » lâcha-t-elle tandis qu'il entrait. Elle lui emboita le pas et ferma la porte derrière elle, à double tour. Une fois rentrée, elle posa ses deux sacs sur le bar de sa cuisine américaine, puis ouvrit le frigidaire pour ranger ses courses. « Tu veux quelque chose à boire ? » profita-t-elle au passage, tout en continuant de ranger ses produits frais. Le reste allait dans ce petit placard, juste à côté.

Ses affaires encore trempées, elle allait attendre la réponse de Sean avant d'aller chercher de quoi se sécher. Autant pour elle que pour lui. Mais avant tout, le réconfort d'une courte marche, et d'une entrée en matière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'Âpre Après Midi ( Suite ).   Ven 31 Oct - 13:55

Ce fut comme un poid rassurant sur son dos . Encore plus rassurant que la tape amicale que votre ami vous donne dans le dos , au moment de faire le grand saut . Le poid de ce qu'il aimait le plus , se retrouvait à présent sur son dos . Dans une housse d'un noir brillant , épousant parfaitement la forme élancée du manche un peu plus long que celui d'une guitare normale , la forme courbée de l'instrument qui se trouvait dedant , enfermée dans cette housse , protégé de toute les intempéries et de tout ce qui pouvait venir lui nuire . Un poid , qui contrairement à ce qu'on pouvait penser , était assez rassurant . D'ailleurs , il connaîssait son instrument par coeur , même quand celui-ci était dans sa housse . La façon dont il faisait basculer son épaule pour faire grimper la sangle d'un coup sur son épaule , et la force avec laquel il hissait son instrument sur son épaule et qu'il se relevait . Des années d'entraînement , sans s'en rendre compte pour arriver à un résultat pareil .

Il suivit donc la jeune femme , encore une fois au travers de la pluie . Dans l'état ou ils se trouvaient tout les deux , à vrai dire , il ne pouvait pas leur arriver grand chose de pire . Il sentit une nouvelle fois le frisson désagréable parcourir sa pointrine pour remonter jusque dans sa gorge . Il porta sa main à sa bouche , dans un geste discret , pour étouffer un léger toussotement . Il déglutit difficilement , gardant toujours dans son champ de vision , la jeune femme qui accélérait le pas , comme lui d'ailleurs . La pluie , ils avaient tout les deux eu leur dose , donc plus besoin d'en avoir davantage . Elle lui dit même un "Ce n'est pas loin" . Une bonne chose pour Sean , qui hocha encore une fois la tête , silencieusement . Il eu un regard assez étrange quand il reconnu l'endroit . A vrai dire , ce n'était pas si loin que ça de chez lui . Pas très loin , même . Il cru même apercevoir , de loin , son appartement . Au moins on ne l'avait pas encore flanqué à a porte . D'un côté , c'était presque rassurant .

Suivit donc la demoiselle dans le bâtiment , pressant le pas , gravissant les escalier , pour s'arrêter devant la porte . Lui laisser un peu de place pour qu'elle puisse ouvrir la porte , et voilà , il peut enfin rentrer . Enfin , façon de parler . D'abord , déposer son instrument , pour ne pas devoir manoeuvrer avec ça sur le dos , puis enlever ses chaussures pour ne pas faire un féritable massacre de boue avec l'appartement de Chika , et enfin , entrer . Il fut d'abord un peu hésitant . Aussi silenceux se montrait-il , aussi impressionné était-il . Il resta bêtement planté au milieu de l'appartement de Chika , regardant à gauche , et puis à droite pour prendre ses repère , s'imprégnant de cette pièce . Comme il le faisait à chaque fois qu'il entrait dans un nouvel endroit . Il se pencha quand même légèrement vers la cuisine quand elle lui tourna le dos pour ranger ses courses . Il ne put retenir un léger sourire . Voir quelqu'un d'aussi ordonné ... Tout compte fait , elle avait bien fait de ne pas venir dans son tout petit appartement . Elle l'aurait sans doute étripé sur place .

Il fut pris au dépourvut quand elle se retourna d'un coup , pour lui demander si il voulait boire quelques chose . Il fit mine de se redresser , sans aovir l'air de se redresser , et il se frotta la tête , mi-embêté , mi-souriant , une expression qu'on ne lui connaîssait pas . Il se ratrappa rapidement en répondant à sa question . Une réponse plutôt stupide , selon lui , qu'il aurait mieux fait de ne pas dire .


SEAN
: " Un verre d'eau , si tu as ... S'il te plaît"


De l'eau ? Mais il était vraiment à l'ouest ou quoi ? Il suffisait de tordre sa manche , et il pouvait faire trois verre d'eau avec toute l'eau qu'elle contenait . Non , non , sur ce coup là , il avait vraiment mal géré son coup ... Il allait un peu se rattrapper . Il enleva son pull à capuche , pour ne pas innonder entièrement l'appartement de Chika . Il le roula en boule , et il le garda en main . Il avait déjà nettement moins froid , maintenant qu'il s'était débarassé de toute cette eau qui était sur lui . Bref , il ne pu s'empêcher de demander , pour ne pas rester planté au milieu , commeune carotte dans son potager :


SEAN : " Si je peux t'aider , n'hésite pas , d'accord ? "
Revenir en haut Aller en bas
Maitre du Jeu
{ Fondateur } MJ & PNJ.
avatar

Nombre de messages : 323
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: L'Âpre Après Midi ( Suite ).   Ven 31 Oct - 16:02

Cet appartement. Si vide soit-il et pourtant si grand. Un effet d'optique, comme un l'appelait souvent. De son petit mètre carré, si la nippone avait osé remplir la pièce, on n'aurait pas su mettre un pied devant l'autre. Et puis, de sa vision, c'était juste de la poussière en plus. La jeune fille vivait du simple nécessaire. Et c'était mieux ainsi. Bien que pourtant, sa manie d'aimer tout ce qui est petit, elle aurait déjà dû remplir cette pièce. Mais le maigre revenu ne lui permettait pas. Comme beaucoup de jeunes de nos jours. Au moins, elle avait son logement, et arrivait à vivre aisément.

Cette pièce unique éclairée par une petite fenêtre et une lampe à pied restait pourtant très sombre. De part ce temps gris. Sean s'était installé sur le canapé qui se trouvait près de cette source de lumière. Un canapé bon marché. Au centre de cette pièce, une table. Elle aussi à petit prix. Et puis, dans le coin, là, à gauche, cette fameuse cuisine américaine. On ne trouvait plus que des appartements comme cela de nos jours. C'était devenu ce qu'on appelle encore « la mode ». Et à droite ? Deux portes. L'une menait à sa chambre, et l'autre à la salle de bain. Petites, elles aussi.

Chika finit de rangé ses courses, se montrant le plus ordonné possible. Ma foie, il le fallait bien. Elle n'aimait pas gâcher la nourriture. C'était déjà une bonne base pour la vie en solitaire, non ? Bref. Sean demandait un verre d'eau. Si elle en avait. Sourire. La nippone saisit un verre, et le remplie d'eau. Du robinet. Tandis qu'elle le posait sur le pseudo bar, elle fit signe à Sean de venir le chercher.

Chika - « Je n'ai pas d'eau ici. »


Ironie.

Enfin soit, c'était sa petite blague du jour. Sa touche d'humour qui, bien souvent, ne faisait rire qu'elle. Allez comprendre pourquoi les gens étaient aussi coincés. Remarque qu'elle avait d'ailleurs faite à Sean, mais dans un autre contexte. Ce dernier ajouta par ailleurs si il pouvait l'aider. Sourire. La jeune fille s'approcha de lui, voyant qu'il avait enlevé son pull. Elle fit de même, et prit par la même occasion le vêtement des mains de son ami.

Chika - « Je vais les mettre à sécher. »


Aussitôt dit, aussitôt fait. Elle pressa le pas vers la salle de bain. Avant de pénétrer dans la pièce, elle se retourna vers Sean.

Chika - « Si tu as d'autres choses à faire sécher n'hésites pas... Par contre je n'ai juste aucun vêtements qui puissent te convenir. »


Puis, elle entra dans la pièce. Là, elle étendit sa veste contre la baignoire, et le pull de Sean sur le radiateur. Après tout, il était sûrement plus pressé qu'elle de retrouver son vêtement avant de rentrer. C'était ici chez elle après tout. Elle s'empara aussi d'une serviette propre, ainsi que la sienne avant de sortir. Quand la silhouette de Sean réapparue devant ses yeux, elle lui envoya la serviette pour qu'il se sèche. Chika en fit de même en essorant ses longs cheveux.

Chika - « Tu es sûr que tu ne veux rien d'autres à boire ? »


Son ami était resté sous la pluie bien plus longtemps qu'elle. Et à plusieurs reprises, elle l'avait surprit entrain de tousser durant le trajet. Aucune doute, il allait être malade, si ce n'était pas déjà fait. Aussi, elle préférait être plus claire dans ses paroles, au cas où ce garçon aux airs de grand timide ne lui refuse pas le fait qu'elle voulait prendre soin de lui.

Chika - « Je veux dire... Quelque chose de chaud. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'Âpre Après Midi ( Suite ).   Ven 31 Oct - 18:38

Le goût amer laissé par cet âpre après-midi dans la bouche de Sean , tout ceci , ce n'était plus qu'un souvenir las et lointain . Souvenir qu'il avait déjà gommé de sa mémoire , non pas parcequ'il était une personne ayant tendance à oublier vite ce qui lui arrive , mais plutôt qu'il essayait d'oublier toute ces heures qu'il avait passé sous la pluie à se poser , en fin de compte , des questions plutôt inutiles . L'âpre après midi , en lui-même , commenait doucement à s'estomper et à se colorer de bleu . Même si le ciel , au dehors , n'allait guère mieux , et au contraire , s'assombrissait encore plus .

Son regard fit un rapide tour circulaire de la pièce , s'imprégnant du mobliier simple disposé de façon fort simple également . Après tout , il avait reparqué ce détail , mais il se garda bien de le dire à voix haute : Chika n'était une fille compliquée que dans le caractère . Dans le reste , elle avait l'air fort simple . Ce qui ne signifiait pas qu'elle était banale . Loins de là . AU contraire , elle était une jeune femme remarquablement intelligeante , vive , cultivée , et elle cachait plus d'un tour dans son sac . Il attendit donc qu'elle ai fini de ranger soigneusement ses courses pour s'avencer ensuite vers le tout petit bar . Un verre d'eau ? Apparament , elle en avait . Elle saisit un verre qu'elle remplis avec de l'eau du robinet , avant de la poser sur le bar en question . Elle n'avait pas d'eau ? De l'ironisme dans sa voix et dans son attitude . Un peu comme dans une partie de ping pong , ou elle lui envoirait des coups et des smatch dans les coins . Mais Sean n'est pas du genre à se laisser faire , c'est bien connu .


SEAN
: " Mais je vois ça ..."

Il prit en souriant le verre d'eau , et il bu une petite gorgée de elui-ci . L'eau fraiche lui fit un bien fou , quoiqu'elle ne le réchauffa guère . Elle lui offrait la boisson , et à présent , elle le débarassait même de son pull trempé . Décidément , elle était de plus en plus attentive vis-à-vis de lui . Peut-être qu'il devait en faire de même . Il réfléchit pensivement en penchant légèrement la tête sur le côté , signe qu'il songeait à quelques chose . La voix de la jeune fille le tira de ses pensées . Siil avait d'autre chose à faire sécher ? Il aurait ben voulut aller se pendre lui-même au séchoir , mais c'était quelques chose de tout à fait impossible . Il allait donc faire le maximum , et sécher ce qui pouvait être sécher . Il fit passer au dessus de sa tête son T-shirt de couleur blanc , avant de se retrouver avec un tas à la fois flasque et difforme dans la main . A vrai dire , son T-shirt non plus le ressemblait plus à grand chose non plus . Il le lanca , dans un mouvement jouant avec les réflexe de la jeune femme , au travers de la pièce . Réception parfaite du côté de Chika . Parfait , parfait ...

A son retour , elle lanca une serviette vers Sean . Réception parfaite également de son côté . 1-1 . Il s'essuya donc consciencieusement les cheveux , le cou , avant de mettre la serviette autours de son cou , à la manière des sportif . Si il ne voulait rien d'autre à boire . C'est vra qu'après avoir bu la tasse pendant plusieurs heures , demander encore de l'eau était quelques chose de plutôt incompréhensible . Il fini donc son verre d'eau d'un seul coup . D'une traite . L'eau froide descendit lentment dans sa gorge , lui donnant de léger frisson . Quelques chose de cuaud ? L'idée du sciècle , surtout quand on est malade . Il hocha la tête , avant de sourire à la jeune fille . L'attitude dédaigneuse qu'il avait pu avoir avec elle s'effaçait soucement , même si il ne cessait pas de la taquiner de temps à autre .


SEAN
: " Oui , si tu as quelques chose de plus chaud , je veux bien ."

Et disant cela , il s'approcha d'une des fenêtre de l'appartement de Chika , pour regarder au dehors le temps . Juste comme ça . Pour le plaisir de regarder des gouttes s'écraser après une longue chute silencieuse .
Revenir en haut Aller en bas
Maitre du Jeu
{ Fondateur } MJ & PNJ.
avatar

Nombre de messages : 323
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: L'Âpre Après Midi ( Suite ).   Mar 4 Nov - 12:51

[ HRP - Pardon de ma non-inspiration T__T ]



Entrant dans son jeu, Sean ne pu que rétorquer une remarque aussi pleine d'ironie qu'elle le lui avait lancé. La jeune fille répondit à ce sourire

Finalement, elle décida de faire sécher leurs affaires respectives. Alors qu'elle lui avait prit son pull, elle avait eu le temps de traverser toute la pièce tandis qu'il enlevait, non pas le reste de ses vêtements, mais ce qu'il pouvait enlever. Il lui lança au travers du salon, tel un jeu de balle dont Chika se montra forte à tout rattraper. De ce même jeu, elle lui envoya une serviette.

La nippone lui demanda ensuite s'il voulait quelque chose de plus chaud, à boire. Oui. Ni une ni deux, Chika rinça le verre qu'elle avait auparavant passé à son ami afin de le remplir. Mais de quoi ? Elle chercha longuement dans sa petite caboche avant de se décider à regarder l'intégrité de ses placards.

Chika - « Café ça te va ? »


A ces mots, elle sortit une nouvelle tasse, pour elle, puis commença à faire bouillir de l'eau.

Chika - « Sucre ? »


Après tout, c'était l'honneur aux invités. Mais cette règle absurde ne valait pas grand chose. En effet, si l'invité devait toujours choisir, et que ce qu'il demandait n'était pas disponible, comment faire pour répondre à ses attentes ? Soupir.

Autant dire que la jeune fille se prenait la tête pour rien. Mais bon, sinon, ce ne serait peut-être plus elle. Tout comme Sean ne serait pu lui même s'il ne regardait plus le paysage. Comme à cet instant. Tandis qu'elle attendait que l'eau boue, elle s'approcha à son tour de la fenêtre.

Chika - « Tu es si pressé d'y retourner, sur ton banc ? »


Sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'Âpre Après Midi ( Suite ).   Sam 22 Nov - 22:36

Ironie , ironie . tout n’était qu’ironie , et tout n’était qu’un jeu . Un jeu ou chacun d’entre eux entrait et sortait de la danse à un rythme régulier , imposant à l’autre sa cadence , le ménageant ou lui imposant un rythme d’enfer . En ce qui concernait Chika , il n’était pas sûr qu’elle ménageait les personne qu’elle entraînait dans son jeu . Au contraire , il fallait être une personne coriace , et avoir du répondant pour pouvoir lui tenir tête . Ce qui n’était absolument pas facile . L’ironie , le cynisme , elle les maîtrisait avec une grande aisance . Elle les modelait et les lançaient sur les autres sans la moindre retenue . Sans peut-être se soucier du fait qu’elle blesse ou non les autres . D’un côté , se faire charrier de cette façon l’aidait d’un côté à aller mieux , à se sentir mieux . Se faire réprimander comme un petit enfant , lui qui n’avait jamais connu l’amour maternel , c’était vraiment quelques chose d’incroyable . Oui , se faire engeuler , pour lui , c’était vraiment bien . Parce qu’il avait la sensation qu’il deviendrait n’importe quoi si les personnes autours de lui n’étaient pas là sans cesse pour le remettre sur le droit chemin . Sans cesse il s’en écartait , sans cesse il était remis dessus . Il n’était peut-être pas la meilleur des fréquentation de Tokyo , peut-être pas l’homme parfait , et encore moins une divinité quelconque , … Un petit bout de garçon étrange , qui avait tout les maux du monde , mais qui poussait droit . Dans le droit chemin .

Il avait retiré son haut , complètement trempé par la pluie et les dégâts qu’elle avait fait . Mais un détail qu’il avait remarqué , c’est le fait que Chika n’avait pas réagit . Réagit à quoi ? Elle ne le savait peut-être pas , mais Sean était à un stade qu’on qualifiait d’anorexie . Son corps , maintenant , n’avait rien d’un corps attirant ou désirable . Une carcasse ou les os de ses épaules étaient saillant et pointu , ou son ventre était quasi inexistant , et ou ses bras étaient aussi maigres que des allumettes … La vision de ce corps qu’il meurtrissait et qu’il tuait petit à petit n’avait pas suscité chez cette fille la moindre once de dégoût ou de répugnance . Le regard des gens changeait , et sans doute n’en avait-elle pas tenu compte . Cela changeait des nombreuses fois ou il avait eu affaire à des médecins et des personnes qui le dévisageaient de façon assez intimidante . Le souvenir le plus affreux était sans doute celui d’un contrôle d’école , ou après avoir palpé son corps osseux , l’infirmière avait posé sur lui un regard qu’il ne pourrait sans doute jamais effacer de sa mémoire . Un regard ou la pitié apparaissait clairement . Elle avait pitié de ce jeune garçon en manque de vivre , en train de se crever lui-même . Et elle ? Elle était comme cette femme ? Elle allait avoir pitié de lui ? Elle allait lui offrir à manger , à boire , de la compassion , le tout arrosé d’une pitié dissimulée , ou bien est-ce qu’elle allait rester un minimum vraie ?

Il hocha la tête quand elle lui demanda si il souhaitait du café . Il hocha une nouvelle fois la tête quand elle lui demanda si il souhaitait du sucre . Pas très bavard , mais d’une compréhension imbattable . Entre temps , elle était venue le rejoindre . le rejoindre pour faire quoi ? Pour le regarder aussi comme une bête curieuse , ou bien pour parler franc jeu avec lui ? Il sourit en entendant sa question . Si il était pressé de retourner sur son banc ? La réponse claqua aussi vite qu’elle était venue . Ironique à souhait .

SEAN : « Oh , tu sais , j’aime mon ami le banc , d’ailleurs , ça m’attriste beaucoup qu’il soit tout seul sous la pluie . »

Ame indomptable , et indécelable . Il tourna son regard vers la jeune femme . Qu’est-ce qu’elle attendait . Elle n’était pas aveugle . Elle avait vu . Il savait qu’elle avait vu . Et pourtant , elle ne disait rien . Elle avait peur de le blesser ? Mais qu’elle lui balance donc tout . Oui , il était même près à la supplier de dire ce qu’elle en pensait . C’était une personne vraie , et elle n’allait pas mentir . Bientôt vingt ans qu’on lui mentait et qu’il en avait assez . Tout ce qu’il souhaitait , c’était la vérité , rien de plus . Il se tourna donc vers elle . De par sa taille , il était déjà beaucoup plus grand qu’elle , mais là , en plus , il mettait sa taille en avant . Qu’elle voit ce qu’il était . Oui , elle le voyait , c’était clair .

SEAN : « Qu’est-ce que tu vois … Chika ? Répond-moi . Et s’il te plaît … »

Il marqua une courte pose .

SEAN : « Répond-moi en toute sincérité . »
Revenir en haut Aller en bas
Maitre du Jeu
{ Fondateur } MJ & PNJ.
avatar

Nombre de messages : 323
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: L'Âpre Après Midi ( Suite ).   Dim 23 Nov - 23:03

Cette façon d'être, de charrier les autres. Ce cynisme n'était en rien quelque chose de bien sérieux. Une petite vanne, quelque par qui montrait l'attachement. Mais parfois, elle pouvait sincèrement le penser. Allez savoir quand mentait-elle. Trop bien difficile de la cerner sûrement. Et pour cause, cette histoire de carapace, de se servir de son vécu. Une personne sûre d'elle résultait à un bonne répartie. Voilà tout.

Pour rendre consciente une personne en détresse, la solution n'a jamais été de la chouchouter. Non, bien au contraire, il fallait la sermonner, la secouer. Une personne mal en elle, avait besoin d'exister. Tout le monde avait déjà ressenti cela, peut-être même encore aujourd'hui. Et la meilleure façon de lui prouver son existence était bel et bien de lui montrer la vie en face. Pas celle que l'on croit noir tout les jours. Pas celle où l'on vous dit qu'elle est toute en couleurs. La vie, la vrai. Cette où il faut s'en arrêt se battre pour avoir sa place.

Elle avait sans doute entraperçu son corps maigre, mais pourquoi devait-elle lui en faire part ? Cela blessait, non ? Proche de l'anorexie, oui mais pourquoi ? Il ne suffisait pas de dire « mange » pour tout arranger. Il fallait avant tout qu'une personne soit bien dans sa tête. Pareillement pour la cas contraire, une personne peut être obèse simplement parce qu'il se sent mal. Et lui faire remarquer ce détail n'aurait sûrement rien arrangé. Aussi, ce n'était pas qu'elle détournait le regard de ce tableau, simplement qu'elle n'y prêtait pas plus d'attention. Sean était déjà quelqu'un de vraiment triste, de part sa façon d'être, elle l'avait deviné, alors pas besoin d'en rajouter. Après tout, ce n'était par là qu'il fallait tirer les ficelles, et elle le savait.

Il connaissait son corps, mieux qu'elle, puisqu'il le voyait tous les jours. Alors qu'elle, c'était bien la première fois. Et alors ? Elle n'allait pas pour autant être sincère puisqu'il savait lui-même comment il était formé. Elle pouvait être blessante, de part sa nature, mais elle n'était pas méchante. Et encore moins avec lui. Il n'avait pas besoin d'être rabaisser. Et ce qu'elle aurait pu dire face à ce qu'elle voyait n'aurait été que du mépris. Hors, il n'y en avait pas.

Café, et sucre, accordé. Bien que ce ne soit que par un hochement de tête. Bref. Tant mieux, elle n'avait que cela. Chika n'était pas du genre à recevoir beaucoup de monde chez elle, alors elle se contentait du nécessaire, et en fonction d'elle. Parce que c'était avant tout elle qui vivait ici, non ? Alors pourquoi faire plaisir à des personnes qui n'étaient quasiment pas là plutôt qu'à elle ? Façon de penser un peu égoïste, mais pourtant tout à fait normal.

Détail insignifiant aussi bien réel que le corps du garçon, elle n'avait pas de tasse, mais bel et bien des verres. Et oui, le surplus l'énervait. Alors le voir aussi mince qu'une baguette ne l'a dérangeait pas plus que cela. Elle n'était pas réellement concernée, bien qu'elle l'avait remarqué. Même si la vie de Sean n'était pas la sienne, tant qu'ils seraient sur la même route, elle ferait de son possible pour l'aider. Mais en aucun cas, elle n'irait jusqu'à le forcer.

Entre temps, la jeune fille l'avait rejoint près de cette fenêtre. Vint alors une réponse aussi rapide et ironique que sa question : « Oh, tu sais, j’aime mon ami le banc, d’ailleurs, ça m’attriste beaucoup qu’il soit tout seul sous la pluie. ». Sourire. Et pourtant toujours autant dans son monde, elle n'arrivait pas tant que cela à le faire devenir comme elle l'imaginait. Légèrement calculatrice, lorsque les choses ne se passaient pas comme elle l'avait écrit dans sa tête, elle se braquait légèrement. Caractère difficile. Et pourtant, il avait l'air de l'aimer.

Soudain, il détourna son regard. Ses yeux se posèrent sur elle, et de par sa taille, la jeune fille dû relever la tête pour le regarder elle aussi dans les yeux. Il en profita pour se mettre face à elle. La nippone baissa de nouveau son regard, regardant le corps qui s'offrait à elle. Oui, elle avait deviné. Elle n'était pas stupide. « Qu’est-ce que tu vois… Chika ? Répond-moi. Et s’il te plaît…». Pause. « Répond-moi en toute sincérité. ». Rictus. Il l'a savait sincère. Il voulait entendre ce qu'il avait toujours entendu. Se voulait-il encore plus de mal ? Était-il si près du précipice pour aimer d'être rabaissé ? Elle ne le voulait pas comme cela. Ce n'était qu'un cercle dont on ne sortait jamais.

Chose complètement folle, qu'elle même se surprenait, la jeune fille posa sa main sur la poitrine du garçon, dessinant ses formes. Oui, ses formes. Parce qu'il en avait. La forme de ses os sur sa peau si pâle. Un américain après tout. Sa main descendit, plus bas, toujours plus bas, jusqu'à sa ceinture. A ce niveau, elle retira sa main et releva de nouveau la tête. « Je vois un homme. ». Oui, car malgré ses formes aucunement athlétique, il ne restait pas moins un corps d'homme. Bien évidemment, ce n'était pas la réponse qu'il voulait entendre. Et pourtant, elle avait été sincère. Elle l'avait jugé sur ses formes. Une poitrine d'homme, une carrure d'homme. Ce n'était pas cela qu'il attendait, elle le savait, mais elle ne lui avait dit que la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'Âpre Après Midi ( Suite ).   Mer 26 Nov - 15:16

Qu’elle déverse sur lui tout ce qu’elle avait à déverser . C’est pour cela qu’il lui demandait son avis , après tout . Qu’elle l’insulte , qu’elle le blâme , qu’elle le critique . Tout ce qu’elle voulait , mais par pitié … Par pitié , il lui demandait de ne pas faire une seule chose : Le prendre en pitié . Avoir pitié de lui , et lui expliquer gentiment en lui tapotant sur l’épaule en réprimant un frisson de dégoût qu’il vaudrait mieux pour lui qu’il mange . Elle ne pouvait pas se montrer si fausse avec lui . Pas après tout les coups ironiques en tout genre qu’elle lui avait déjà fait . Il se sentirait affreusement vexé si jamais elle se dégonflait d’un coup et qu’elle ne lui exprimait pas clairement ce qu’elle ressentait . Qu’elle lui lâche tout , là maintenant , et qu’il en finisse enfin . Entendre un mot sonnant faux dans la bouche de Chika était bien la dernière chose qu’il avait envie d’entendre . Cette jeune femme qui était venu l’écouter , qui l’avait secoué , qui l’avait emmené chez elle , qui l’avait tiré de sous cette pluie battante ou il était seul et perdu . Elle avait déjà fait tant . Elle ne pouvait pas renoncer maintenant . Elle devait le faire , pour lui .

Il eu un frisson . Un frisson en sentant le fin doigt de la jeune femme parcourir ses formes . Ses formes saillantes et repoussantes , ces os qui sortaient , cette peau fine et tendue . Elle n’était donc pas dégoûtée . Son regard était baissé non plus vers la jeune fille , mais vers son doigt . Que faisait-elle donc , là , maintenant ? Elle le touchait ? Elle n’était donc pas dégoûtée et écoeurée par sa personne . Pourquoi frissonner ? Parce que même sa mère n’avait jamais montré autant d’affection à son égard . Elle l’avait toujours regardé avec dégoût , le touchant plutôt pour le frapper . Mais elle n’était pas comme sa mère , il l’avait bien vu . Dans son regard , il n’y avait absolument pas la même chose . Il était déboussolé . Déboussolé , parce que dans la jeune femme , il voyait ce qu’il n’avait jamais reçut , et ce qu’il avait été à son tour incapable de donner . De l’amour maternel , ou fraternel ? Bien sûr qu’il connaissait ce nom , et qu’il en connaissait également le sens . Mais pour ce qui était de le ressentir , il n’avait jalais eu cette occasion . Et là . Là , ce frisson s’emparait de lui . Une grande sœur ? Ce mot n’avait pas sa place dans sa bouche , de même que le mot « Maman » . Non , Sean , il devait s’ôter cette idée de l’esprit . Chika n’était pas sa mère , et encore moins sa grande sœur . Et pourtant … Pourtant .

« Je vois un homme »

Le choc . Un homme . En lui , tout s’effondra d’un coup . En un coup , un seul coup , elle venait de le couler . « Un homme » . Tant de choses qui remontaient à la surface . Elle pourrait s’entendre avec Lucas , au passage . Pour lui redonner courage , et pour le motiver , Lucas l’avait traîné à la bibliothèque , et il lui avait lu « IF » de Kipling . « Et toi , mon fils , tu sera un homme » . Ou quelques chose comme ça . Un homme . Son visage bascula en avant . S’effondrer , c’était donc tout ce dont il était capable . Non ; sa tête rencontra un obstacle , doucement . L’épaule de la jeune femme . Chuter pour ensuite être soutenu ? N’était-ce pas quelques chose de merveilleux . « Les hommes ne pleurent pas » . Sean ne pleure pas . Non . Mais si il avait pu , il l’aurait fait en cet instant . Chika , n’était-elle pas sa sœur ? Cette personne qui gronde , qui console , qui est là ? Les mots n’étaient pas familier pour Sean , et lui dire ça l’aurait sans doute autant brouillé qu’elle . Il ne dit donc rien , laissant le silence parler à sa place . Un mètre septente-huit de désespoir , brisé en un instant . Sean , n’est plus un garçon , ni un jeune homme , ni une âme perdue et errante . La voix de la jeune femme résonne dans sa tête . « Un homme » .
Revenir en haut Aller en bas
Maitre du Jeu
{ Fondateur } MJ & PNJ.
avatar

Nombre de messages : 323
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: L'Âpre Après Midi ( Suite ).   Lun 1 Déc - 18:55

Même à prononcer la pire des horreurs, elle n'aurait jamais pensé qu'il pouvait réagir ainsi. Mais pourtant, c'était bel et bien sa tête qui avait rencontré son épaule après ce qu'elle venait de dire. Et pourquoi ? Ne voulait-il pas entendre ce qu'elle voyait ? Avait-elle fait une erreur ? L'impression de lui faire tant de peines en si peu de temps. L'impression d'être inutile. Un choc.

Instinctivement, la jeune fille posa d'abord un premier bras sur le corps du garçon, qui vint accrocher son épaule. Puis un deuxième, simplement posé dans son dos. Alors doucement, elle resserra l'étreinte. Elle venait de le toucher là où cela fait mal ? Malgré ce silence, elle ne savait plus où se mettre. Entre la criminelle où l'assistante sociale.

Mais peu importait. Pour l'heure, ce garçon avait tellement besoin d'elle. Aussi étonnant que cela pouvait paraître, elle n'en était pas sûre. « Qu'est-ce qui te met dans cet état ? ». Un murmure dans son oreille. C'était sûrement la meilleure façon à cet instant. Le comprendre. Mais pas seulement. S'expliquer sur ses paroles peut-être était aussi une bonne idée.

L'entraînant dans sa chute, la jeune fille alla assoir Sean sur le canapé, ne relâchant pas l'étreinte. Non, elle ne le voulait pas. Puis, elle vint se poser à côté de lui, ne faisant rien pour le brusquer. Elle ne le regardait même plus. Après tout, il avait les cartes en main, elle ne servait plus que d'un simple guide.

N'était-ce donc pas son rôle ? Ce rôle qu'elle avait décidé de jouer. Ce rôle qui lui servait si bien de masque que personne ne pouvait cerner sa vraie personne. Il était impossible pour elle d'aller mal. C'était inconcevable. Après tout, ne vivons-nous pas dans un monde d'apparence ? Elle n'en était qu'une de plus. « N'est-ce donc pas la réponse que tu attendais ? Pourtant, tu m'as demandé ce que je voyais. Désolée si ma réponse te déplait. ».

Non, elle n'aurait pas dû s'excuser. Du moins, pas dans ce sens. Là, c'était plutôt une attaque. Oui, comme si elle lui en voulait de réagir ainsi. Alors que au contraire, elle n'avait cherché qu'à l'aider. C'était la boulette du jour. A moins qu'il ne s'en rende compte. Comme-ci tout était écrit, la jeune fille suivait ce scénario. Mais avec Sean, c'était différent. Elle savait à quel point cela allait être compliqué. Parce qu'il était tellement blessé.

Une main sur sa jambe. Un geste de compassion. Puis, un regard. Elle ne le quittait plus des yeux à présent. Qu'allait-elle donc ajouter ? Que devait-elle dire ? C'était un script déchiré qui était maintenant dans sa tête. Illisible. « Pourquoi ne regardes-tu pas par toi même, plutôt que de prendre des témoins comme moi pour savoir qui tu es, ou ce que tu es ? ». Des questions auquel il devait trouver les réponses. Oui, il se le devait.

Silence. Elle attendait qu'il le lui explique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'Âpre Après Midi ( Suite ).   Lun 1 Déc - 21:56

Est-ce qu’on considère qu’une personne est forte uniquement parce qu’elle ne réagit pas aux paroles les plus dures , et qu’elle ne se manifeste absolument pas quand on la maltraite à coup d’insulte et de remarque ? Sans doute parce qu’on ne frappe pas au bon endroit , ou qu’on ne vise pas assez bien . Sean ? Fort ? C’est ce qu’il avait toujours montré aux autres , et c’est ce qu’on avait sans cesse pensé de lui . Et il n’avait jamais montré ou prouvé le contraire . Il avait cru naïvement que cette jeune fille allait répondre comme toute les autres personne , et qu’en regardant son corps décharné et détruit , elle allait être dégoûtée en faisant mine de ne pas l’être , et qu’elle allait lui tenir le même discourt que tout les autres . Faux . Et il aurait du anticiper . Cette fille n’était pas comme toute les autres , et pourtant il avait omis de s’en méfier . Il n’avait pas vu le coup venir , et elle avait frappé juste et précisément là ou ça fait mal , là ou c’est délicat . Maintenant , il n’en menait pas large du tout , et même un oisillon sortit du nid aurait eu plus de force et de courage que lui . Ce mot brûlait ses lèvres , mais il sentait que jamais , il ne pourrait le dire . Il se laissait bercer comme un gamin par de belles illusions . « Maman » , il n’avait jamais pu dire ce mot , et il ne le dirait sans doute jamais . Mais maintenant , au plus profond de son être , il ressentait le sentiment de connexion qu’il existait entre un frère et une sœur . Chika , elle n’était pas sa sœur . Mais elle agissait un peu comme si elle l’était . Cette famille qu’il n’avait jamais eu et dont il n’avait pratiquement pas connu les sentiments qu’elle pouvait lui apporter . Jamais . Personne .

Chika venait de lui ouvrir une porte . Une porte qu’il n’avait jamais emprunté , un lien qu’il n’avait jamais exploré . Est-ce que c’est ainsi que son émotion , sa découverte , se manifestait ? Par une explosion intérieur , un effondrement de ce qu’il était ? C’est sans doute une façon , également pour lui , de se rappeler qu’il est humain , et que comme tout humain , il ressentait et vivait des émotions . Est-ce que Chika avait conscience qu’elle le rendait un peu plus humain à chaque moment qu’il passait en sa compagnie . L’un des rares contact qu’il avait avec l’extérieur , la seule personne qui avait eu le cran et le courage de le regarder en face , c’était elle , et personne d’autre . Qu’elle ne se sente pas inutile , qu’elle ne se sente pas cruelle ou même injuste . Elle ne pouvait pas . Il venait de s’effondrer devant elle , et dans un élan d’espoir , il s’était raccroché à la jeune fille . Il venait d’avoir un élan d’espoir . Ce genre de chose qui n’arrive que quand on refuse de sombrer et de couler . Lui qui était si pessimiste il y a quelques heures , et qui ne voyait aucune issue à ses problèmes … Qu’elle ne se blâme pas , et qu’au contraire , elle se félicite .

Un nouveau frisson parcourut la peau blanche du jeune homme . Un contact physique entre elle et lui venait d’être établis . Si rares et si inconnu pour le jeune homme qu’il considérait ça comme quelques chose de tout à fait .. De tout à fait quoi ? Il ne savait pas bien . Mais ce contact lui faisait du bien . Au moins il n’était pas répugnant au point de ne pas être touché , d’être répugné , comme la peste . Sa mère ne le touchait jamais , ou bien elle le touchait en le frappant . Il n’avait plus aucun bleu , aucune trace témoignant de son calvaire , mais dans sa tête , tout était encore inscrit , brûlant comme une marque au fer chaud qui ne s’effacerait jamais. Une main venant délicatement se poser contre son épaule , frémissante , calme , douce , délicate . Une main qui ne frappe pas , et qui protège , qui essaye de comprendre . Une deuxième main vint se poser sur son corps . Tout allait , plus rien n’allait . Les sentiments s’ouvraient devant lui alors qu’il s’effondrait de l’intérieur . Pas de mouvement de recul , pas d’hésitation . Une étreinte . Oui , c’est comme cela qu’on appelait cette chose qui est si étrange . Le corps de cette jeune femme , tellement plus petit que le siens , et qui pourtant l’entourait de part et d’autre . Des bras qui protègent , des bras qui consolent … Des utilités évidentes qu’il avait pourtant oublié .

Un chuchotement , faible , et elle brisa le silence . Qu’est-ce qui le mettait dans cet état-là ? Il est vrai qu’elle n’avait sans doute pas l’habitude de le voir ainsi , en position de faiblesse extrême . Il avait l’impression que si il lui racontait tout , son enfance , tout ce qu’il avait traversé jusqu’ici , elle écouterait , comme elle le faisait , et elle ne le jugerait pas . Elle ne lui dirait que la vérité . Mais sa gorge était sans doute trop serrée pour qu’il puisse parler , s’exprimer , ou même respirer . Tout était confus en lui . Il sentit qu’elle l’entraînait doucement vers un canapé . S’asseoir , quoi de mieux pour discuter , parler , s’expliquer . Il s’assit simplement à ses côtés . Elle ne le lâchait pas , et ce sentiment de protection qu’il ressentait ne s’estompa point . C’était si étrange . Il fixait obstinément le sol , sans détacher son regard . Des aveux ? Il n’avait rien à se reprocher . Juste le fait d’être vivant sans doute . Oui , c’est sans doute la seule chose qu’on lui a reproché . Être en vie . Si c’était la réponse qu’il attendait . Non , il s’attendait à tout sauf à ça . Tout était confus dans sa tête , et les paroles de Chika faisait écho , creusant encore plus le problème . « Qui il était ? » . Bonne question .

SEAN :« Comment savoir qui nous sommes , et ce que nous faisons ici , quand notre premier crime est d’être en vie . Je suis né , et cette personne qui m’a mis au monde , cette femme , je crois que c’est la personne qui m’a détesté le plus , et qui m’a donné goût à tout ce mal et à toute cette souffrance . Elle m’a brisé , petit morceaux par petit morceaux . Je suis un poids , une épine qui gêne , pas un homme . Un tas d’os , un fantôme uniquement rattaché au monde par de stupide petits rêves … Voilà comment elle me définissait … Mon identité à toujours été celle-ci , et personne ne l’a changé . Personne n’a pu . Aujourd’hui , je ne suis qu’un ramassis de moi-même , je ne suis pas vrai , je suis faux . Je suis faible , brisé … »

Sa main se resserra en un geste convulsif sur son jeans . Ressasser ce qui à été fait , ce qui est si sombre et si douloureux .

SEAN : « Mais toi … Toi qui est si franche et si brusque , tu me trouve homme alors que je n’ai jamais pu me donner cet attribut . Tu vois en moi ce que je n’ai jamais pu être , ce que je n’ai jamais pu voir … »

Silence . Lourd et pesant . Son sac n'était pas vidé , mais une partie de ce fardeau venait de l'étaler à ses pieds . C'était agréable . Encore plus soulageant que les vomissements qu'il s'infligeait pour se faire taire , pour oublier . Pour oublier tout ...
Revenir en haut Aller en bas
Maitre du Jeu
{ Fondateur } MJ & PNJ.
avatar

Nombre de messages : 323
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: L'Âpre Après Midi ( Suite ).   Mar 2 Déc - 23:18

Être fort. Est-ce donc là tout ce que l'on recherche ? Être intouchable. N'est-ce donc là que ce nous voulons tous atteindre ? Il faut croire... Après tout, de nos jours, où même d'antan, ne fallait-il donc pas se battre et montrer le meilleur de soit même pour réussir ? C'était, en quelque sorte, pareil ici. Lorsque l'on ne peut trouver de points faibles, qui puisse nous faire chavirer, ou que l'on se relève toujours des moindres déceptions. C'est donc cela, être fort ?

Il y a tant de significations.

Une façon de penser différente, et tout chez elle était différent. Ce n'était pas la première fois qu'elle s'en vantait, enfin, d'une certaine façon. Parce qu'aider les autres restent un sentiment de puissance. Mais pas seulement. L'amitié, aussi, sans doute. On a envie d'aider son prochain. Et réussir ne fait que vous rendre plus sûr de vous. Sean était à la fois, un être que l'on pouvait appeler « petit-frère » mais aussi une sorte de cobaye.

Tout cela, sans s'en rendre vraiment compte. Un cercle vicieux.

Elle savait pertinemment qu'un jour, il devrait partir, et s'envoler de ses propres ailes, comme on dit, mais pourtant, elle voulait tout faire, enfin, faire tout ce qui était en son pouvoir pour qu'il se rappelle d'elle, non pas comme une personne qui vous sauve la vie comme tant d'autres, mais comme une personne proche à ses yeux. Comme une sœur, une maman. Et même si elle savait qu'elle était incapable de détenir un tel rôle.

Le caractère humain était définit par l'émotion. Nous ne vivons pas en dépit de l'émotion, ni vivons avec elle. Ce sentiment était là, partout. Tout le temps. Aussi fallait-il savoir s'en servir. L'émotion est un peu comme le bien et le mal. Un mot pour deux choses. C'est avec l'émotion que l'on décide de faire des choses bien, comme des choses mal. Faisait-elle quelque chose de bien ? Ou alors de mal ? Cela, ce n'était qu'au conscient d'en décider. Et il était différent pour chacun.

Celui de son ami était aussi différent du sien. Voilà pourquoi lui n'allait pas aussi bien qu'elle pouvait se porter. Et ce, par la façon de ressentir les choses. Le vécu aussi. Enfin, tellement de choses qui se sont passées qui peuvent définir une personne. C'était bien étrange. Nous naissons tous de la même façon, se rencontrons tous à un moment donné, et pourtant, nos idéaux étaient toujours différents quelque part. Tout cela à cause du vécu !

Elle essayait malgré cela, tant bien que mal, de continuer de le rassurer. De par les paroles, mais aussi par les gestes. Un regard vers lui, puis aussitôt, une tête baissée. Une mimique assez énervante. Il ne parlait pas. Il ne répondait pas. Ces questions qu'elle avait posé étaient sans doutes de trop pour lui. Mais c'était maintenant où jamais. Elle l'avait sous la main, elle n'allait sûrement pas le laisser partir sans rien faire. C'était humanitaire, n'est-ce pas ?

« Comment savoir qui nous sommes, et ce que nous faisons ici, quand notre premier crime est d’être en vie. Je suis né, et cette personne qui m’a mis au monde, cette femme, je crois que c’est la personne qui m’a détesté le plus, et qui m’a donné goût à tout ce mal et à toute cette souffrance. Elle m’a brisé, petit morceaux par petit morceaux. Je suis un poids, une épine qui gêne, pas un homme. Un tas d’os, un fantôme uniquement rattaché au monde par de stupide petits rêves… Voilà comment elle me définissait… Mon identité à toujours été celle-ci, et personne ne l’a changé. Personne n’a pu. Aujourd’hui, je ne suis qu’un ramassis de moi-même, je ne suis pas vrai, je suis faux. Je suis faible, brisé… » La jeune fille pouvait ressentir la douleur qu'il éprouvait. Une sorte de compassion. Après tout, il n'y avait que cela. De la compassion. Elle n'avait pas vécu ce qu'il lui racontait, elle ne pouvait que se l'imaginer. « Mais toi… Toi qui est si franche et si brusque, tu me trouve homme alors que je n’ai jamais pu me donner cet attribut. Tu vois en moi ce que je n’ai jamais pu être, ce que je n’ai jamais pu voir… »

Avait-il finit ? Bien sûr que non. Mais c'était à elle de lui répondre. Il fallait qu'elle lui dise, même si elle devait lui couper la parole, il devait s'arrêter tout de suite. Non, il ne fallait absolument pas qu'il continue à penser de cette façon. Tout était perdu d'avance sinon. Alors, elle saisit la main qui lui avait servit à empoigner son jean. Soupir. Que dire ? « Elle avait raison. On ne vit pas. On survit. Tu crois quoi ? Le monde n'est pas si beau, chacun veut exister dans ce monde. C'est pour cela qu'on rêve. Qui sera le plus fort ? Qui se battra jusqu'au bout ? C'est comme ça qu'on est renommé. »

Qu'était-elle entrain de dire ? Elle donnait raison à la personne qui l'avait mise au monde ? Non, enfin, en partie. Puisque d'une part, chacun de nous se voilait la face assez pour pouvoir jeter sa faute sur les autres. Alors que pourtant, chacun était pareil. Mais juste avec des pensées différentes. On a tous les mêmes besoins. Sourire. « Alors, continue de t'accrocher à tes rêves. » Il n'y a plus que cela maintenant pour se faire une place dans ce monde qui ne mérite pas que l'on s'accroche pour lui. Nous nous accrochons pour nous même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'Âpre Après Midi ( Suite ).   Dim 21 Déc - 22:36

Sa main tremblait , et pourtant il ne pu s’empêcher de la promener le long de ses côtes saillantes , frémissant en sentant à quel point les os sortaient de sa chair . Regarder cela était devenu un spectacle tellement familier pour lui qu’il avait presque oublier tout le dégoût de toucher cette masse osseuse . Cette masse osseuse qui était lui-même , en y songeant bien . Elle avait dit « survivre » ? Survivre … Est-ce qu’elle l’avait bien vu , ou bien est-ce qu’il devait se planter devant elle encore une fois pour qu’elle regarde bien . Regarder . Le regarder , elle l’avait fait . Elle avait même dit qu’elle y avait vu un homme . Mais avait-elle seulement songé qu’il n’était plus de ce monde . Il n’avait plus grand chose à attendre de la vie , et à vrai dire , vivant ou mort , ce n’était plus trop différent pour lui . Pourquoi survivre alors qu’il était déjà mort . Et même en dépit d’être mort , il restait une épine pour certaine personne . Que le monde n’était pas beau ? Oh , il avait déjà eu l’occasion de le constater . Le monde , le destin , la vie et tout le tralala n’étaient certainement pas les meilleurs amis de Sean , puisqu’il l’avaient respectivement privé de son père , de sa famille , d’une vie normale , et enfin , de ses rêves . Et alors ? C’est quoi la prochaine chose sur la liste ?

« Alors, continue de t'accrocher à tes rêves. » Il eu un bref mouvement d’épaule . Elle pouvait lui donner la leçon , puisque elle aussi vivant dans le même monde que lui , et elle aussi affrontait cela tout les jours . Et pourtant , tout les deux étaient tellement opposé dans tout un tas de choses . Ce qu’elle appliquait et ce qu’elle lui conseillait marchait aussi pour elle , ou bien cette possibilité , cet échappatoire , lui était-il aussi interdit ? Après tout , cela faisait longtemps qu’il n’avait plus ressentit le risque de se plonger dans quelques chose de nouveau et de peut-être risqué . Cette sensation à la fois étrange et excitante lui manquait . Comme le jour ou il avait tenu sa première basse entre ses mains , et qu’il ne s’en était plus jamais séparé , même si le chemin qui menait à la gloire et à la renommée était assez parsemé d’embûche . Il avait oublié tout ça ? Pas vraiment en fait . Disons que le souvenir de la sensation était dans un petit coin de sa tête , et qu’il était tellement occupé à ruminer qu’il avait oublié tout ça . Tout ça . C’était un beau petit résumé simpliste et bien expliqué de sa vie , non ? Un mince sourire , mince et presque invisible vint se dessiner sur ses lèvres . Presque forcé , suite au souvenir d’une sensation pareille .


SEAN : « M’accrocher à mes rêves , hein … »

Mimique amusée sur son visage . Ca lui semblait tellement lointain et oublié . Soudain , il changea brusquement de position . Lui qui était assis tus le canapé , il pivota sur le côté , se retrouvant face à face avec Chika . Une épine , hein ? Pas pour elle , visiblement . Et elle venait de le secouer , et ce n’était pas la première fois qu’elle le faisait , ou du moins , pas aujourd’hui . Âpre après midi , le goût amer qu’elle avait laissé sur son existence s’estompait petit à petit , remplacé par le goût acide et brûlant du risque . Le faire , ne pas le faire ? Très bonne question . Il était encore si fragile , et il ne tenait presque plus sur ses jambes . Se lancer tout de suite ? Non , le soutient , comme celui qu’il recevait de la part de la jeune femme , c’était ce qui l’aiderait très certainement à tenir . Se battre . Tout seul ? On survit peut-être , mais à son avis , ce n’est pas pour cela qu’on doit appliquer automatiquement la règle du chacun pour sois . Etait-ce cela , avoir de l’humanité . En tout cas , lui , il en demandait . Pas grand chose , juste un peu . Elle ne pouvait pas le laisser tomber maintenant . Jamais . Sinon , lui , le frêle qui venait à peine de se relever , il se serait écroulé . Elle qui venait de lui fourrer un nouvel espoir et un nouvel objectif en tête , si elle se retirait de la partie maintenant , alors c’était fichu . Pour lui , en tout cas .


Un geste spontané , peut-être même assez puéril . Se raccrocher pour ne pas tomber ? C’était le maître mot de son geste . Se tournant brusquement vers la jeune femme , il l’attrapa d’un seul coup par les épaules , et il l’attira contre elle , dans un mouvement purement et simplement fraternel . Encore inconnu pour lui d’ailleurs . La seule initiative de ce mouvement était un grand chamboulement , et ce qu’il ressentait à présent , c’était un soulagement . Il n’était pas seul . Cette jeune personne qu’il serrait contre lui , là , elle allait être avec lui . Peut-être pas pour tout le temps , non , ça il savait bien qu’il ne pouvait pas se le permettre . Mais au moins un petit peu . Juste un tout petit peu . Il resserra doucement son étreinte , sentant les os de ses épaules s’enfoncer légèrement , très légèrement car il ne voulait pas lui faire du mal , dans les épaule de la jeune femme .


SEAN : « Alors si je dois m’accrocher à mes rêves , aide-moi à ne pas tomber . Juste un peu … Juste un tout petit peu . »

Sa tête bascula sur le côté , et son étreinte se fit moins forte . Il ne voulait pas la blesser , ni lui faire de mal . Il avait déjà eu l’impression de l’effrayer en lui présentant son corps . Mais pour le moment , tout allait bien . Tout semblait bien aller .
Revenir en haut Aller en bas
Maitre du Jeu
{ Fondateur } MJ & PNJ.
avatar

Nombre de messages : 323
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: L'Âpre Après Midi ( Suite ).   Mer 24 Déc - 12:01

Qui ne s'était jamais senti partir à la dérive ? Sean était de ceux qui avaient besoin qu'on leur tende la main. Et même si cette façon d'être était un stéréotype, néanmoins chaque personne le ressentait différemment. En ce sens, personne ne se ressemblait. Chacun était conçu de manière différence. N'était-ce donc pas la chose la plus dure en ce monde ? La différence entraîne la discrimination. Était-ce parce que son corps était plus mince qu'un autre qu'on devait en être dégouté ? Pourtant, il était un être humain, comme elle. Comme vous et moi...

Et si toute personne se laisse sombrer dans sa mélancolie, à n'attendre plus rien de la vie, alors forcément, on n'essaye même plus de nager pour s'accrocher, on coule. Mais des rêves et des objectifs, n'est-ce pas le seul point qui nous permet de rester en vie ? Quoi que l'on fasse, de toute manière, on est tous destiné à aller au même endroit. Pourquoi personne n'y pensait ? Pourquoi étaient-ils tous si égoïste ? Sean avait besoin d'aide, cette femme ne l'avait-elle donc pas remarqué ? Plus que de l'enfoncer encore et encore dans sa propre tombe, elle aurait mieux fait de lui tendre la main.

Dans ces moments là, si seulement on pouvait décidé du sort des autres personnes. Toi, tu iras au Paradis. Et toi, en Enfer. Mais si l'humain décidait, de par sa nature égoïste, le monde d'ailleurs ne serait qu'aussi chaotique que sur Terre. C'est donc pour cela ? N'est-ce pas ? On nous fait croire qu'il existe une puissance divine, afin de faire semblant que l'on a rien décidé, et que chacun est libre. Alors que nous ne sommes que des moutons. Des êtres incapable de réellement réfléchir. Il y en a un qui saute, et tout le monde suit !

L'important, c'est de se battre. Sinon, il est clair que la vie et tous ses habitants t'englobent. Si l'on ne s'accroche même pas à un bout de rêve, s'en était finit. Qui n'a jamais traversé cela ? Qui ? Alors qu'elle essayait de lui expliquer, tout en restant explicite, afin qu'il puisse réfléchir par lui-même, remonter la pente seul. Oui, parce qu'il serait toujours seul malgré tout. Tout comme elle. Un mince sourire sur ses lèvres, forcé d'après ce qu'elle en déduisait. « M’accrocher à mes rêves, hein … ». La jeune fille arqua un sourcil. S'en foutait-il donc ?

D'un coup, il se tourna afin de se retrouver face à elle. La jeune fille retira sa main et la rabattit contre son corps. Peut-être l'avait-elle trop brusqué ? A lui dire de se démerder seul, ou du moins, à lui faire comprendre. Bien sûr, elle aimerait lui dire qu'elle lui tendrait toujours cette main pour qu'il se relève, mais elle ne voulait pas qu'il dépende d'elle. Sinon, tout cela ne servirait à rien. Rien.

Mais soudain, comme s'il avait prit ses mots au pied de la lettre, Sean se pencha en avant et l'attrapa, pratiquement elle toute entière pour l'attirer contre lui. Un peu plus d'une seconde pour percuter ce geste, néanmoins elle ne bougea pas. Le laisse faire. Même, elle entoura ses bras autour de ce corps mince qui se trouvait en face d'elle. Petit à petit, elle pouvait sentir son étreinte se resserrer. Il ne lui faisait pas mal. Et puis, même si c'était le cas, elle était bien trop... émue par la situation pour ressentir quelque chose. Elle avait réussi à le faire avancer au moins d'un pas en avant. « Alors si je dois m’accrocher à mes rêves, aide-moi à ne pas tomber. Juste un peu… Juste un tout petit peu. ». A l'instant, elle ne répondit pas. Elle sourit, sachant qu'il ne l'a verrait pas pour autant. Puis, elle s'approcha de l'oreille du garçon, se dégageant légèrement de son étreinte afin d'atteindre son but, puis lui murmura « Je serais là. ».

Il laissa tomber sa tête sur le côté. Peut-être pas le moment de le brusquer, mais pourtant, son étreinte se faisait moins forte. Peut-être à cause de ses paroles. Allez savoir. Elle était loin d'avoir finit. Ne fallait-il donc pas le remettre sur le « droit chemin » ? De nouveau souriante, elle caressa d'un geste maternel les cheveux du garçon. Signe de sécurité. Puis, une idée nouvelle. « Et si tu me montrait un peu tes talents de bassiste ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Âpre Après Midi ( Suite ).   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Âpre Après Midi ( Suite ).
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Après-midi tranquille.
» Un bel après-midi de printemps [a archiver]
» Après-midi entre filles [PV Lizzy]
» Un samedi après-midi qui s'annonçait des plus ennuyeux ? Peut-être pas... | ft. Loïse A. Langel & Perle Duval [TERMINE]
» Après midi shopping [Topic Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ N a n a & C i e :: | RPG | Résidences. :: Appartements. :: Chika H. #016-
Sauter vers: